standard

Mini Decki – des couvertures pour les enfants requérants d’asil

29. juin 2015

«Chaque enfant réfugié a besoin de sa propre couverture: elle le réchauffe, le protège et le réconforte pour qu’il se sente comme à la maison durant ce long voyage, peu rassurant.» Voilà le but du projet «Mini Decki», à l’initiative de l’Argovienne Simone Maurer. Une idée qui profite également aux enfants requérants d’asile dans les structures d’accueil gérées par l’ORS. Nous trouvons que «Mini Decki» est un formidable projet et nous souhaitons vous le présenter.

L’idée derrière «Mini Decki»

Chaque enfant requérant d’asile en Suisse reçoit une couverture confectionnée dans le cadre du projet «Mini Decki». Les enfants reçoivent leur propre couverture dès leur arrivée avec leur famille dans un hébergement cantonal, le plus souvent un centre de 1er accueil, après leur passage par les centres d’enregistrement et de procédure. Simone Maurer souhaite ainsi s’assurer que chaque enfant puisse en bénéficier. Les cantons et les institutions qui souhaitent participer se chargent de remettre les couvertures aux enfants. Depuis le lancement du projet, les couvertures ont déjà été distribuées à des enfants requérants d’asile dans toute la Suisse alémanique et dans le Valais. Simone Maurer espère que le projet pourra bientôt concerner les enfants de Suisse romande.

Un immense succès en peu de temps

Simone Maurer a commencé à confectionner les premières couvertures en décembre 2014. Depuis, elle estime que près de 1200 couvertures ont été réalisées au total, et que 1000 couvertures environ ont été distribuées. De nombreuses couvertures se trouvent encore chez leurs couturiers et font lentement route vers leurs destinataires.

Désormais, l’organisation du projet nécessite énormément de temps. «C’est un travail à temps partiel», explique Simone Maurer. «Pour l’instant, je ne couds plus». L’organisation et la coordination requièrent toute son attention. Elle répond aux e-mails, coordonne les commandes de matériel, organise le transport ou établit le contact entre les personnes qui souhaitent apporter leur aide, en organisant par exemple un après-midi de couture commune. Pour elle, le plus grand défi est de réussir à tout combiner et à bien s’organiser; le tout en plus de son quotidien «normal». Simone Maurer ajoute: «Je ne m’ennuierais pas sans ce projet, mais je prends le temps nécessaire.»

De nombreux retours positifs

Simone Maurer reçoit de nombreux retours positifs à propos de «Mini Decki» et de son engagement. Le projet a également éveillé la curiosité des médias, et plusieurs articles ont déjà été publiés. Des volontaires désireux d’apporter leur aide se font connaître. Parmi les couturiers, beaucoup s’intéressent à la question des réfugiés et sont heureux de pouvoir jouer un rôle actif et aider des enfants; que ce soit en confectionnant des couvertures ou en aidant à les distribuer.

Ceux qui remettent les couvertures aux enfants expliquent que ce geste fait le bonheur des petits, mais aussi de leurs parents. Simone Maurer explique: «Parfois, les parents prennent d’abord conscience de ce que représente cette couverture, alors que les enfants n’ont pas idée de ce qui se cache derrière. Ils ne savent pas exactement ce que cela signifie. S’ils pouvaient choisir, ils préfèreraient sûrement des Lego.»


3 questions à Simone Maurer:

Comment avez-vous eu l’idée de «Mini Decki»?

«Deux choses se sont recoupées: j’ai toujours confectionné des couvertures, et je trouve que c’est un bel objet. L’autre point, ce sont les nombreux articles sur les réfugiés qui arrivent en Suisse, et surtout les enfants qui font le voyage avec eux. Ils m’ont beaucoup touchée.

Soudain, j’ai eu comme une révélation. J’ai simplement su que j’allais confectionner des couvertures pour ces enfants. Je ne savais pas où j’allais pouvoir les apporter, mais je savais juste que j’allais le faire. Alors je me suis lancée, tout simplement. Ce n’est qu’après coup que c’est devenu un véritable projet.»

Pourquoi une couverture justement?

«Une couverture est un objet extrêmement important. Elle apporte de la chaleur et un sentiment de sécurité, où que l’on soit. Avec une couverture, on se sent heureux et comme à la maison. Elle est comme un petit animal en peluche, avec une fonction supplémentaire. Par ailleurs, c’est aussi un objet que l’on possède, qui est à soi, précisément quand on n’a pas grand-chose. Voilà pourquoi le projet s’appelle «Mini Decki». Une couverture recouvre bien des aspects.»

Que souhaitez-vous pour l’avenir du projet?

«Je souhaiterais que le projet «Mini Decki» devienne une véritable institution et que la remise d’une couverture à chaque enfant requérant d’asile devienne une évidence.

D’ailleurs, «Mini Decki» fait actuellement ses débuts en Allemagne. Ce serait bien que le projet y reçoive aussi un accueil favorable et prenne de l’ampleur. C’est un projet que je soutiens et que je trouve super! Je souhaite qu’il trouve toute sa place.»


Comment l’ORS remet-elle les couvertures aux enfants?

L’ORS distribue les couvertures aux enfants requérants d’asile qui vivent dans des centres de 1er accueil ou dans des foyers dans les cantons de Berne, Fribourg, Soleure, Zurich et Bâle-Campagne. Les couvertures ne sont pas remises à l’arrivée dans le centre avec le reste du matériel, comme la literie ou les articles d’hygiène, mais 1 ou 2 jours après. Les enfants reçoivent leur couverture lors d’un petit événement festif. C’est une façon de montrer que les couvertures sont un cadeau personnel qui ne devra pas être restitué. En plus de leur couverture, les enfants reçoivent le flyer officiel «Mini Decki», qui explique en sept langues l’origine de «Mini Decki», la signification du nom et mentionne les personnes qui ont fabriqué les couvertures.

Fin mai, l’ORS a pu pour la première fois récupérer 200 couvertures chez Simone Maurer. L’organisation sœur ABS a également reçu des couvertures pour 155 enfants requérants d’asile. Lorsque toutes les couvertures auront été distribuées aux enfants, les deux institutions passeront à nouveau commande à Simone Maurer.

Stefan Moll-Thissen, directeur de l’ORS, se réjouit de cette idée formidable: «Nous remercions Simone Maurer pour son engagement et sommes heureux que les enfants requérants d’asile que nous accueillons puissent aussi recevoir en cadeau des couvertures confectionnées à la main.»

De plus amples informations sur «Mini Decki» sont disponibles sur le blog de Simone Maurer ou sur la page Facebook.



ORS Service AG News